JAC#6 – Nettoyage de la plage de la Rochette à Wimereux – 18/06/2017 : Nettoyage, Bronzage et Canapé

Bonjour à tous et à toutes.

C’est parti pour Wimereux. La Côte d’Opale baigne dans la chaleur et cela attire des personnes de toute la région et même de Belgique, du Royaume-Uni et d’Allemagne.

La ville est envahie par les voitures, aucune place n’est disponible dans de nombreuses rues proches de la plage. Le soleil est un aimant à humains : dès qu’un rayon se pointe, vous avez une marée de corps qui veulent bronzer. Mais nos bénévoles ne sont pas là que pour çà ;).

À 14h15, la tente est installée et les premiers ramasseurs sont déjà présents. Les sacs sont distribués et certains des habitués sont directement partis vers la pointe de la Rochette. Mais les informations sur la sécurité sont données pour les nouveaux ramasseurs, notamment les jeunes gens de l’Association La Croisée, basée comme nous à Boulogne-sur-Mer.

IMG_2590-min

Cette jeune association, comme ses membres, née en 2014, promeut les arts urbains comme la musique, le cinéma ou les lettres. Ils ont également réalisé des reportages sur le Festival de Cannes récemment,  rencontrant Thierry Frémaux et Pierre Lescure (respectivement directeur et président du Festival) et montant les fameuses marches avec le tapis rouge.

C’est par l’intermédiaire du Kawa Café que La Croisée nous a contacté, car ils ont besoin de financements (comme toutes les associations au final). Ils avaient demandé l’aide de la ludothèque à boissons – ou ludobothèque – et le gérant était d’accord mais à une condition : aider une autre association. Nous fûmes choisis et le gain pour les Croiséistes fut défini entre les deux parties par une somme par kilogramme de déchets ramassés.

Nous partons rejoindre ceux qui ont quitté le rassemblement plus tôt. Ils se sont dirigés derrière la pointe de la Rochette, où ils ont trouvé pas mal de déchets de plastique et des filets. De nombreux sacs ont été remplis dans cette zone, avec le groupe d’habitués.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pendant ce temps-là, deux autres groupes se forment en bas des falaises. Les jeunes de La Croisée, qui connaissent les spots des locaux, font des découvertes étonnantes. Un canapé sort de sa torpeur, de derrière les rochers, accompagné de palettes et de’emballages de nourriture. Le meuble est descendu pour l’amener sur le bord de plage, où il étonne les passants qui se posent des questions. Surtout que ce point de collecte s’étoffe au fur et à mesure des prises.

Des roues lestées de béton roulent derrière les rocs, trouvées aussi par les jeunes, des objets de 25 kg qui roulent sur la pente et sont récupérés en bas. Ils servent à lester les petits bateaux, du moins à les faire rester en place. Des barres de métal et de plastiques, des filets coupés avec la scie japonaise – le meilleur investissement en matière d’outils car çà coupe facilement – avec des paniers, des bidons…

Pour l’industrie de la pêche et de la transformation, des caisses dont l’origine sont des ports comme Fécamp ont été trouvées. Elles seront données à la structure des Paniers de la Mer, qui travaille avec les pêcheurs de ces communes. Deux caisses en polystyrène pour le transport des poissons et en particulier des saumons viennent compléter la collecte, l’un provenant de la « Scottish Salmon Company » – dont ce n’est pas le premier récupéré – et l’autre de la « Irish Seafood Producers Group » – l’entreprise qui a fourni les poissons déclare qu’ils sont élevés bio. Comme quoi l’industrie biologique n’est pas exempt de pollution.

En produits chimiques :

  • De l’huile Shell Gadus S2 V220, qui empêche l’usure des pièces et des engrenages ;
  • De la paraffine est retrouvée, notamment un gros bloc de 13 kg ;
  • Du mastic silicone HS 300 de la marque coréenne Han Shin.

Une pollution très différente de celle que nous avons traité le matin à Blériot-Plage, avec les Chalets Castor.

Mais il faut maintenant tout ramener, la pire des corvées de l’action avec le passage des rochers à l’entrée de la plage. Chacun y met du sien, en prenant les sacs légers, en créant des chariots avec les palettes pour y mettre les autres, les chariots habituels seront quant à eux utilisés pour le transport du gros matériel. Des filets seront encore retirés pendant ce temps dans les rochers en bas de la Pointe de la Rochette.

Les plagistes continuent de regarder avec étonnement ces personnes qui évacuent des sacs poubelles bleus, de la ferraille, du bois et un canapé. Une partie n’ose pas demander ce qu’il se passe mais une autre pose des questions. Nous n’avons jamais eu autant de monde au stand, tellement l’affluence est importante sur la plage.

Les métabolismes sont soumis à rude épreuve avec la chaleur, les corps ruissellent de sueur et la soif se fait fortement ressentir. Les coups de soleil aussi, les peaux rouges sont de sortie. Çà va piquer le lendemain. Manu est arrivé avec ses délicieux gâteaux et les boissons sont vidées en quelques secondes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les membres de La Croisée n’ont pas pu rester malheureusement, puisqu’une réunion importante était prévue. Ils vont rater la pesée mais nous leur donnerons les photos et les données. Car après quelques franches rigolades, la photo officielle, une discussion avec ces représentants de Surfrider – avec qui nous pourrons travailler plus étroitement sur des collectes événementiels – et des explications au public qui s’attroupe devant la tente, la pesée commence.

Le pèse personne est le plus utile aujourd’hui, car bon nombre de déchets retrouvés sont de grande taille et trop lisse pour avoir une prise pour le peson. Les caisses, les morceaux de bois, les palettes, le canapé, les grand morceaux de plastique, tout y passe. Le peson s’occupe quant à lui des sacs poubelle. Les notes sont prises, un circuit se crée pour la distribution des sacs.

Au total :

433 kg de déchets ramassés à Wimereux-La Rochette.

Nous sommes presque à 5 tonnes de déchets récupérés depuis le début de l’année. Cela fait beaucoup à première vue, mais cela représente si peu par rapport à la quantité de déchets émis dans la nature en France , qui est de 81 000 tonnes par an soit 60 kg par seconde – selon le site Planetoscope (1). Si on calcule avec la collecte à Wimereux, nous avons collecté l’équivalent de 7,2 seconde d’émission sauvage. Tristesse.

IMG_2629-min

Nous rangeons tout le matériel, petit à petit, avec en parallèle les demandes d’explications au public, qui se sont accrues avec la mise en place d’un carton indiquant le total de la récolte. Les éboueurs récupéreront le tas demain, alors que les bénévoles regagnent dans leurs pénates, pour prendre une bonne douche bien méritée.

Voilà pour le deuxième nettoyage du week-end, les ami-e-s.

Écologiquement. 

(1) https://www.planetoscope.com/recyclage-dechets/dechets

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :