JAC#10 – Nettoyage de la plage de Saint-Gabriel – 01/10/2017

Bonsoir à toutes et à tous.

Une semaine après les nettoyages de septembre, nous repartons de plus belle pour ce dixième mois de l’année. Nous allons collecter les déchets sur la plage la plus méridionale, en ce qui concerne les Journées d’Action Citoyenne : la plage de Saint-Gabriel, entre Sainte-Cécile-Plage et Étaples.

IMG_3042-min

Une plage fréquentée par les kite-surfers, qui viennent pour la plupart de la région parisienne – il y avait plus de plaques d’immatriculation du 92, 78 et 75 que du Pas-de-Calais. Un littoral de sable fin, d’une grande largeur et avec un dénivelé d’un mètre pour 100, qui part vers les terres en suivant la Canche, entre Étaples et Le Touquet-Paris-Plage.

La Canche est un fleuve côtier d’une centaine de kilomètres de long, prenant sa source dans les collines du sud de l’Artois, à Gouy-en-Tournois, et se déverse dans la Manche à Étaples. Elle a été une zone humide, qui fut détruite en grande partie pour réduire les problèmes de maladie, ce qui a entraîné une artificialisation des berges, sauf de son estuaire. Son débit est assez important pour un fleuve de cette taille – 12,3 m3/h en amont de Montreuil et environ 15 m3/h à Étaples, car la Canche est alimentée par de nombreux cours d’eau – 14 affluents référencés provenant surtout de la rive droite (côté Artois).

Bassin_de_la_Canche.svg

Nous n’avions jamais fait la plage de Saint-Gabriel. Dans le cadre de notre partenariat avec le Parc Naturel Marin des Estuaires Picards et de la Mer d’Opale, celle-ci nous a été proposée pour les JAC. Découverte pour nous, et nous ne serons pas déçus.

Les jours précédant le nettoyage ont été pluvieux et le week-end allait être du même acabit. Toutefois, comme vous l’avez déjà remarqué lorsque vous êtes venus sur les côtes ou dans nos articles, la météo change vite et ne correspond pas toujours aux prévisions – merci la théorie du chaos. Vous connaissez aussi notre première règle, nous n’annulons aucun nettoyage, surtout s’il ne fait pas beau.

Les 15 collecteurs et collecteuses (même si ce mot n’existe pas, mais nous l’inventons pour vous !) se donnent rendez-vous près de l’entrée de la plage. Un vent qui est continu mais pas très froid souffle au grand bonheur des kite-surfeurs. Les sacs sont rapidement distribués et illico presto, nous partons nettoyer les enrochements et le littoral. Nous ne connaissons pas cette plage, une Terra Incognita, où nous ne connaissons pas les spots et les endroits dans lesquels se nichent.

Certains prennent le chemin côtier en hauteur, alors que les autres regardent sous les rochers de stabilisation. Au final, des deux côtés, nous retrouvons des déchets. Nous avons un primo-collecteur, qui est venu de Lille – une ville d’où provient nombre de nos bénévoles – et qui fait ses premières découvertes de déchets de côte.

IMG_3054-min

Nous ne tardons à récupérer des gros filets, des bidons, des déchets de nourriture, du métal, des vêtements… La paraffine jaune, issue de la pollution du mois de juillet, est encore présente – en particulier sous les rochers où les morceaux sont devenus inaccessibles.

Les scies scient, les collecteurs collectent, le photographe photographie… Des bouteilles, des bouchons, des canettes, des coton-tiges. Tout cela arrive dans les sacs. Un zodiac éclaté ne se laisse pas faire et étant bloqué de tous les côtés, la découpe est nécessaire. La scie japonaise tranche dans le non-vif et permet de retirer le bousin, pour être récupéré par un bénévole repartant vers le bivouac.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des nettoyeurs se sont rapprochés de l’estuaire, près de la réserve gérée par Eden62. Une grande quantité de filets et de bidons, agrémentés d’emballages plastiques a été rapportée, retirée des rochers et des laisses de mer. Ces derniers étant des lieux riches en nourriture pour les oiseaux, les mammifères et les arthropodes, il est nécessaire d’enlever à la main les déchets qui s’y trouvent – au lieu de l’enlever mécaniquement.

L’heure de la fin arrive rapidement, aussi vite que le vent a disparu. Nous retournons vers le parking où nous allons effectuer la pesée. Une arrivée régulière, toutes les minutes, à la table du bivouac et où la discussion démarre. La pesée commence et se conclut en quelques minutes, les mécanismes de cette activité sont devenus automatique : fermeture avec un noeud du sac, distribution au peseur, mis en place avec le crochet ou sur la balance, annonce de la masse, enregistrement et calcul.

Résultat : 200 kg de déchets avec 15 personnes.

Prochaine date : le 12 novembre, à Écault-La Warenne, pour la 11e JAC. Avec entre-temps une réunion d’information le 21 octobre, pour parler des projets et des avancées pour l’association.

Merci d’avoir lu cet article.

Écologiquement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :